Marie DROUART : psychopraticienne, Gestalt-thérapeute


« L’ENSUITE: UNE PRÉSENCE PENSANTE ORIENTÉE VERS LES POSSIBLES » JMR

Cette histoire chinoise parle d’un fermier qui vivait dans un village pauvre, à la campagne. On considérait qu’il avait beaucoup de chance parce qu’il possédait un cheval qui lui servait pour les travaux des champs et pour ses déplacements. Un jour, son cheval s’est enfui. Tous ses voisins se lamentèrent devant ses malheurs, mais le fermier se contenta de dire: « Peut-être! ».

Quelques jours plus tard, le cheval est revenu et a amené avec lui deux chevaux sauvages. Les voisins se réjouirent alors de sa chance mais le fermier dit simplement: « Peut-être! ».

Le lendemain, le fils du fermier entreprit de monter l’un des chevaux sauvages; le cheval le fit tomber à terre et lui brisa une jambe. Les voisins lui témoignèrent de leur sympathie face à ce malheur, mais le fermier ne dit que « Peut-être! ».

La semaine suivante, les officiers recruteurs vinrent au village pour enrôler les jeunes gens dans l’armée en vue de la guerre. Ils rejetèrent le fils du fermier à cause de sa jambe cassée. Lorsque les voisins lui dirent qu’il avait beaucoup de chance, le fermier répondit « Peut-être! »…

Parmi diverses possibilités de significations qui peuvent être dégagées de ce conte, je voudrai en souligner une seule: le sens d’une expérience est à construire en relation à ce qui la suit et non à ce qui la précède.

S’apparaître à l’occasion d’un autre. Etudes pour la psychothérapie, Jean-Marie Robine, éd. L’Exprimerie, 2001


LES MÉTIERS DU CHAMP PSY

Ci-dessous, un texte issu du site du Groupement Syndical des Praticiens de la Psychologie, Psychothérapie et Psychanalyse: PSY’G, expliquant les différences et similitudes entre les 4 métiers du « champ psy »: la psychologie, la psychothérapie, la psychopratique et la psychanalyse.

 

La psychologie

Le psychologue est un professionnel de la psychologie, discipline qui regroupe de nombreux courants théoriques et pratiques (psychologie clinique, cognitive, comportementale, développementale, sociale, animale, différentielle, expérimentale…).
Le psychologue étudie et traite les rapports réciproques entre la vie psychique et les comportements individuels et collectifs afin d’aider à l’autonomie et au développement de la personne.
Il étudie les processus mentaux et participe au traitement des problèmes et dysfonctionnements psychologiques (entretiens d’aide et de conseil, psychothérapie) dans le milieu médical, professionnel, et de l’enseignement (santé, travail, social, éducation, sport, …).
Il procède à des évaluations, élabore des diagnostics, met en place la prévention et le traitement des désordres émotionnels de la personnalité et des difficultés dues à la mauvaise adaptation à l’environnement social et situationnel.
Il conçoit des méthodes, élabore des hypothèses (enquête, expérimentation, …) et met en œuvre les moyens techniques correspondants.
Il entreprend, suscite ou participe à des travaux de recherche et de formation.
Il collabore avec des professionnels de l’action sanitaire et sociale (médecins, orthophonistes, psychomotriciens, éducateurs, assistant social…).
Dans le milieu de l’enseignement, il effectue des bilans, des dépistages (enfants intellectuellement précoce, notamment), des entretiens d’orientation, d’aide et de soutien, des psychothérapies…
Dans le secteur de l’entreprise et du travail, il participe au recrutement, à la gestion des ressources humaines, à l’organisation et aux conditions de travail, à l’orientation et à l’insertion professionnelle, à la formation.

La psychothérapie

Le psychothérapeute est un professionnel de la psychothérapie.
La psychothérapie désigne le traitement ou l’accompagnement des personnes souffrant de problèmes psychologiques en complément, ou non, d’autres types d’interventions à visée thérapeutique notamment médicale.
Il existe de nombreuses techniques de psychothérapie (psychothérapies d’inspiration psychanalytique, systémiques, cognitivo-comportementales…) choisies en fonction du patient, du type et de la sévérité de son trouble, et du contexte de l’intervention.

La psychopratique

Le psychopraticien met en œuvre une ou plusieurs techniques psychothérapiques, psychanalytiques ou psychocorporelles permettant à la personne :
– de mieux utiliser ses possibilités émotionnelles, créatrices, relationnelles, intellectuelles, sensorielles et psychocorporelles afin de les intégrer à une existence plus harmonieuse et satisfaisante,
– de comprendre, d’alléger ou d’éliminer sa souffrance et son mal à être, qu’ils soient vécus sur les plans psychique ou somatique, qu’ils se manifestent de façon diffuse ou sous forme de symptômes localisés, psychiques, comportementaux ou psychosomatiques,
– d’explorer son être afin de lui permettre de réorganiser de manière durable la structure de sa personnalité.

La psychanalyse

Le psychanalyste met en oeuvre la méthode psychanalytique, la psychanalyse se définissant
comme étant :
– une théorie de la vie psychique,
– une méthode d’investigation des fonctionnements psychique inconscients,
– une technique psychothérapique.

 

De plus amples informations sur le site: PSY’G.


L’HOMME-MÉDECINE, SELON CHEVREUIL BOITEUX

Je ne suis pas un ivrogne, mais je ne suis pas un saint non-plus. Un medecine-man ne devrait pas être un « saint »… Il devrait pouvoir descendre aussi bas qu’un pou et s’élever aussi haut que l’aigle… Vous devez être dieu et diable, tous les deux. Être un bon medecine-man veut dire être en plein milieu de la tourmente, et non s’en protéger. Ça veut dire expérimenter la vie dans toutes ses phases. Ça veut dire faire le fou de temps à autre. Car cela aussi, c’est sacré.

Chevreuil boiteux (homme-médecine sioux de la tribu Lakota, fin 19ème, début 20ème)

chevreuil_boiteux


LE CŒUR DE SAULE

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor

 

Le cœur de saule

Le médecin Shirobei Akyama était parti en Chine pour étudier la médecine, l’acupuncture et quelques prises de Shuai-Chiao, la lutte chinoise.

De retour au Japon, il s’installe près de Nagasaki et se met à enseigner ce qu’il avait appris.
Pour lutter contre la maladie il emploie de puissants remèdes.
Dans sa pratique de la lutte il utilise beaucoup sa force.
Mais devant une maladie délicate ou trop forte, ses remèdes sont sans effets.
Contre un adversaire trop puissant, ses techniques restent inefficaces.

Un à un ses élèves l’abandonnent.
Shirobei, découragé, remet en question les principes de sa méthode.
Pour y voir plus clair, il décide de se retirer dans un petit temple et de s’imposer une méditation de cent jours.

Pendant ses heures de méditation il bute contre la même question, sans pouvoir y répondre :

« Opposer la force à la force n’est pas une solution car la force est battue par une force plus forte.
Alors, comment faire ? »

Or, un matin, dans le jardin du temple où il se promène, alors qu’il neige, il reçoit enfin la réponse tant attendue après avoir entendu les craquements d’une branche de cerisier qui cassa net sous le poids de la neige, il aperçoit un saule au bord de la rivière.
Les branches souples du saule ploient sous la neige jusqu’à ce qu’elles se libèrent de leur fardeau.
Elles reprennent alors leur place, intactes.

Cette vision illumine Shirobei. Il redécouvre les grands principes du Tao.

Les sentences de Lao-Tseu lui reviennent en tête :

Qui se plie sera redressé
Qui s’incline restera entier

Rien n’est plus souple que l’eau
Mais pour vaincre le dur et le rigide
Rien ne la surpasse

La rigidité conduit à la mort
La souplesse conduit à la vie

C’est ainsi que le médecin de Nagasaki réforma complètement son enseignement et créa l’école du cœur de saule (Yoshinryu) l’art de la souplesse.

 

Contes et récits des Arts Martiaux de Chine et du Japon, extraits

 

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor


STRATÉGIE DU MOUVEMENT ET DE L’IMMOBILITÉ

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor

 

Ceci est la transcription d’une transmission orale du Tai Chi par des poèmes et des chants, dont l’auteur est inconnu :

 

L’extrême du mouvement est immobilité, l’extrême de l’immobilité est le mouvement.

Bouger, c’est engendrer l’immobilité, et être mobile, c’est engendrer le mouvement.

Donc, si vous utilisez l’immobilité comme mouvement, votre mouvement se renforcera chaque jour.

Si vous utilisez le mouvement comme mouvement, votre mouvement s’affaiblira de jour en jour.

Si vous utilisez le mouvement pour diriger l’immobilité, elle est calme et longue.

Si vous utilisez l’immobilité pour diriger le mouvement, il est vigoureux et fort.

 

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor

 


TAI CHI CHUAN

header4

L’Association BAMBOU propose des cours hebdomadaires de Tai Chi Chuan en Côtes d’Armor et en Ille-et-Vilaine, de septembre à juin, ainsi que des stages pendant les week-end et les vacances scolaires, une semaine à Pâques et une semaine en été.

Les cours se passent:

à Léhon (proche Dinan): les lundis et jeudis  de 18h30 à 19h30 et de 19h30 à 20h30 et le jeudi midi de 12h30 à 13h30

à Saint-Pern (proche Bécherel): les vendredis à partir de 18h30

à Saint Père Marc en Poulet (proche Saint-Malo): les mercredis à 19h30

à Betton (proche Rennes): les mardis à partir de 18h

 

La participation est de 240€ à l’année et le 1er cours est gratuit.

Des cours particuliers et à domicile sont également possibles.

 

Contacter Dominique BEAUFILS au 06 22 00 95 90.

 

Articles Ouest-France à consulter:

Une journée de Tai-chi-chuan pour retrouver l’harmonie

Les séances de Tai-chi-chuan reprennent le mercredi soir

Tai-chi-chuan, un stage pour le corps et l’esprit

 

Art martial interne. TECHNIQUES ÉNERGÉTIQUES DE SANTÉ D’ORIGINES ORIENTALES.

Art de vivre, Art traditionnel, Art du geste et de l’esprit, Art du souffle où le rythme et l’énergie animent le corps et le mettent en relation, en connexion, avec son environnement.

Le Tai Chi a ceci de spécifique d’être à la fois un art martial, un art énergétique et de relaxation. Un art aux multiples facettes, une « trousse à outils » inépuisable, pour contribuer à la santé. Pratiqué régulièrement, le Tai Chi Chuan permet de lutter en douceur contre le stress, améliorer la concentration, développer et affiner la sensation de contact avec le sol, l’enracinement, le bien-être.

Le Tai Chi se pratique en salle ou dans la nature, à main nue, sans artifice, sans public.
Dominique BEAUFILS suit depuis 1995 l’enseignement, au Centre Rennais de Tai Chi Chuan, de Patrick LOISEL, qui transmet la forme YANG, issue du maître  GIN SOON CHU. Ce dernier a fondé une fédération de Tai Chi Chuan à Boston; il est le deuxième disciple de YANG SAU-CHUNG, fils aîné et héritier de YANG CHENG-FU.

Parallèlement, Dominique découvre et étudie les méthodes de rééquilibration, d’harmonisation et de thérapie manuelle, l’énergétique traditionnelle chinoise puis l’ostéoénergétique.

Dominique pratique la forme à mains nues, la forme au bâton, la forme au sabre, la poussée des mains, la forme à l’épée, le tuishou et la forme à deux.

Un enseignement puisé à la source de la tradition. Pratique de disciplines complémentaires: Qi gong, méditation.

Diplôme: B.P.AMC1


PSYCHOTHÉRAPIE(S)

En 2004, trois Gestalt-thérapeutes, alors « psychothérapeutes », ont souhaité participer à expliquer le champ de la psychothérapie et celui de la Gestalt-thérapie, de matière accessible, autant que faire se peut. Francine Saal, Frédéric Brissaud et Marie-France Bourgeais se sont alors attelés à l’écriture du FASCICULE VERT. Plus précisément vert pistache, tout comme la première œuvre référence en matière de Gestalt-thérapie: Gestalt-thérapie. Vers une théorie du Self : nouveauté, excitation et croissance, co-écrit par Laura Posner Perls, Fritz Perls, Ralf Hefferline et Paul Goodman en 1951, et communément appelé PHG.

En 2011, la sphère politique décida une drastique chasse aux sorcières en les personnes de certains « psy » qui n’auraient pas opté pour les bancs de l’université, sa théorie, sa méthode, sa clinique. A ce sujet, voir l’article intitulé « Psychopraticienne ». Nos trois auteurs, alors que le contenu du fascicule était toujours aussi valable, ont alors du le réécrire, et y ajouter le terme de « psychopraticien », nouvelle dénomination adoptée par beaucoup d’entre nous, faute d’avoir le droit de continuer à prétendre au titre de psychothérapeute.

En janvier 2012 est donc paru une version mise à jour de ce petit document à visée humaine.

PSYCHOTHÉRAPIE(S) dans Auray fASCICULE-VERT-SOMMAIRE-2012_Page_1-722x1024fASCICULE-VERT-SOMMAIRE-2012_Page_2-722x1024 Arc Sud Bretagne dans Auray Quiberon Terre Atlantique


QUAND CONSULTER UN(E) PSYCHOTHÉRAPEUTE?

Je vais citer ici les lignes d’une collègue, Isabelle le François, qui exerce dans la région Rhône-Alpes et dont j’apprécie particulièrement la manière accessible avec laquelle elle parle de son métier, de notre métier. Elle a elle-même utilisé des mots du docteur Lucien Tenenbaum, docteur en médecine, ancien psychiatre hospitalier, psychothérapeute et formateur, tout en y ajoutant sa touche personnelle si intelligemment universelle : une tendresse indéfectible envers l’humain :

QUAND « DOIT-ON » CONSULTER UN THÉRAPEUTE?  (c’est moi qui ai ajouté les guillemets)

Quand vous ne pouvez plus continuer à vivre des échecs répétés, des déceptions, des faux-pas douloureux dans votre vie relationnelle, affective, sociale. Quand les recours auprès des proches (amis, famille, conjoint) sont épuisés et que leur réconfort devient inefficace à soulager durablement un mal-être. Des phrases telles que « secoue-toi » ou le fameux « ça va passer » et même les propos empreints de compassion sont aussi inopérants qu’irritants. Les lieux communs ne font qu’exaspérer la souffrance. Cette souffrance n’est pas que larmes et angoisse. Ce peut être des questions entêtantes qui demeurent sans réponse, des comportements, des blocages ou des troubles physiologiques inexplicables qui, inlassablement, se répètent. Ces symptômes sont autant d’indicateurs du besoin de se comprendre.

Si vous n’êtes pas un familier de ces pratiques, aller parler à quelqu’un, qu’il soit psychologue, psychanalyste ou psychiatre, est une décision qui n’a rien de naturel. Elle s’élabore peu à peu. L’idée germe souvent lorsque le besoin d’autre chose se fait sentir.

Pour le psychothérapeute, il n’y a ni normal ni pathologique. Il y a quelque chose dont une personne souffre et qui la met en porte-à-faux ou en désaccord. Il y a un état de conflit intérieur. La psychothérapie essaie de remettre en circulation toutes les énergies immobilisées dans ce conflit pour construire une situation de paix. La psychothérapie aboutit généralement à un état nouveau de la personne, qui s’accompagne de remaniements de profondeur variable dans sa vie et sa personnalité.


« PSYCHOPRATICIENNE »

Au printemps 2010, la loi Accoyer (Bernard Accoyer) a chamboulé le métier de la psychothérapie.

Voici l’article de loi en question :

Les psychothérapies sont des traitements médico-psychologiques des souffrances mentales. Comme toute thérapeutique, leur prescription et leur mise en œuvre ne peuvent relever que de professionnels qualifiés: médecins qualifiés en psychiatrie et psychologues cliniciens.

Les professionnels qui dispensent des psychothérapies depuis plus de 5 ans à la date de promulgation de la présente loi pourront poursuivre cette activité thérapeutique, après évaluation de leurs connaissances et pratiques par un jury composé d’universitaires et de professionnels dont la composition est fixée par décret en conseil d’état.

Éclairage sur le résultat de cette nouvelle donne :

_ Moi qui ai une formation en Gestalt-thérapie et suis, à l’origine, psychothérapeute _puisque la Gestalt-thérapie est une forme de psychothérapie_ je ne suis pas autorisée à prétendre être psychothérapeute car… je n’ai pas de formation universitaire de psychothérapeute.

_ Or… il est impossible d’être formé comme psychothérapeute à l’université car… l’université ne propose que des formations en psychologie et en psychopathologie, pas en psychothérapie.

_ Aujourd’hui, mon cas est le suivant, et c’est le cas de beaucoup d’entre nous, ex-psychothérapeutes:

* Je suis autorisée à pratiquer la psychothérapie,

* Je ne suis pas autorisée à me présenter comme psychothérapeute,

* Je dois me présenter comme « psychopraticienne ».

Il est déjà si compliqué de connaître les différences existantes entre les domaines de ce qu’on appelle le « champ psy » que cette nouvelle nomination est une porte supplémentaire ouverte à ce que cette loi prétend vouloir combattre : le « charlatanisme ».

Entre des psychothérapeutes ayant une formation longue _théorie, clinique, pratique et psychopathologie_ adhérant à un code de déontologie spécifique, se référant à des critères rigoureux, étant eux-mêmes supervisés _c’est à dire soutenus par d’autres psychothérapeutes dans leur exercice professionnel_ tout au long de leur carrière, etc, et : des « psychothérapeutes » formés en psychologie et/ou en psychopathologie, mais pas en psychothérapie, il n’y a qu’une manière de trouver celui ou celle qui, pour un temps, vous soutiendra dans la traversée délicate de votre vie: chercher.

Et puis, au fond, pour « combattre le charlatanisme », il n’y a toujours eu que cette manière-là. Ce ne sont pas des lois répressives qui s’accumulent les unes aux autres qui empêcheront la tricherie, le vol, l’arnaque, la manipulation, etc. Et ce ne sont pas non-plus ces lois qui doivent nous interdire de choisir.

Je suis: psychopraticienne, Gestalt-thérapeute. Je suis thérapeute = soignante.

Marie Drouart.


123

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus