Marie DROUART : psychopraticienne, Gestalt-thérapeute


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Thérapie de couple.

DÉFAUTS & QUALITÉS

- « Il a beaucoup de qualités »…
Et peu de défauts ? Est-il alors plus fréquentable que d’autres, peut-être ?

- « Ce défaut, chez elle, est insupportable. »
Réellement insupportable ? Ou ce défaut peut-il faire partie de l’ensemble de ses autres qualités ?
 

Une qualité est devenue un trait positif et un défaut, négatif. La première est à souligner quand le second est critiquable.
Et si nous envisagions différemment l’un et l’autre ?

 
- La qualité d’un bois va nous le faire choisir pour la construction d’une maison ; nous ne dévaluerons pas pour autant un autre bois, utile à un autre usage.

- Le nœud d’une planche de bois pourra ne pas convenir à la construction de cette maison ; nous pourrions lui trouver une place de choix pour mettre en avant ce nœud dont la forme nous plaît.

 susan_kyle_telfors_pinterest

Quelles qualités sont à valoriser, précisément ? Et quels défauts sont à bannir ou corriger ?
 
Il arrive que ma qualité de thérapeute envahisse mon espace privé, un instant, de façon inappropriée, et que je me mette à analyser ce qu’il serait préférable de laisser couler, par exemple.
Est-ce que cela fait de ma qualité un défaut ?
A l’origine de mon métier, il y a ma qualité humaine, avec tout ce qu’elle comporte, qui a fait de moi la thérapeute que je suis. Et dans ce que comporte mon humanité, il y a ce que l’on appelle communément des « défauts ».
 
Ce qui fait que qualités et défauts sont de la même famille, c’est qu’il s’agit de spécificités, de singularités.

Et ce qui fait qu’une singularité peut se distinguer comme défaut ou qualité, se situe dans notre relation à l’autre.

Cet autre, c’est un autre être humain que je croise dans ma vie et avec lequel j’ai une relation, amicale, familiale, amoureuse, professionnelle, passagère, etc. Et cet autre, c’est également celle/celui que je refuse de voir, ou que je ne vois simplement pas encore en moi. Il peut par exemple s’agir d’une part sombre et douloureuse enfouie en nous, ou d’une créativité bafouée, sabotée.

 
- Alors : cette personne a-t’elle beaucoup de qualités ? Ou bien… sa façon d’agir, ses propos, ses singularités, que nous appelons alors « qualités », nous correspondent ou nous plaisent particulièrement, à cet instant, dans cette relation ? Et qu’est-ce que cela dit de nous ? Envions-nous ces qualités-là ? Refusons-nous de voir en cette relation-là ce qui ne nous convient pas ?…

- Quant à cette autre personne : le défaut que nous lui trouvons est-il insupportable en soi, condamnable ? Ou insupportable pour nous, à cet instant, dans la relation que nous vivons avec elle ? Et avons-nous à « supporter » quoi que ce soit ? Ou pouvons-nous nous ajuster, peut-être, l’un à l’autre ?…

 
Nos « imperfections » participent à faire de nous ce que nous sommes, toute nuance gardée. S’il est bon de reconnaître en nous les qualités heureuses que nous possédons, il l’est également de reconnaître ce qui, comme en chacun-e, peut malmener notre propre humanité et nos relations.


ACCUEIL

marie_mariage_cam

THÉRAPIES

la Gestalt-thérapie

la thérapie de couple

la thérapie pour sorofratrie

 

Psychopraticienne en Gestalt-thérapie, je vous reçois en thérapie individuelle, de couple et pour sorofratrie.

 

Je vous accueille en présentiel, au 89 avenue Édouard Herriot à VANNES (Morbihan) et en visioconférence.

CONTACT / RENDEZ-VOUS

 

Salariée portée par la société HELIA Portage _ n° Siret: 493 742 050 00021, j’accepte le règlement de mes honoraires par espèces, par chèque et par virement bancaire.

TARIFS & PRÉCISIONS

Pratique non-conventionnelle ne se substituant pas à un diagnostic ou traitement médical.

 

IMG_0876_2

IMG_1038_2

ACCUEIL dans Auray img_0788_2-768x1024

89 av. Edouard Herriot (Villa Catherine) 56000 VANNES


THÉRAPEUTE HOLISTIQUE

orchidee_ballerine_pinterest_rinceventQue ce soit en consultation individuelle, de couple ou avec des sœurs & frères, la psychothérapie que je pratique est une thérapie holistique.

C’est la personne que je suis qui a influencé le choix de la « méthode » Gestalt-thérapie par rapport à d’autres. En ce sens, je m’amuse souvent à dire que mon métier est une déformation personnelle plutôt que l’inverse. Et c’est effectivement plus juste pour moi.

Les origines des mots  « thérapie » et « holisme » sont « therapeia » se traduisant par « cure, soin » et « holos », qui signifie « entier, global ».

Pour expliquer simplement en quoi la Gestalt-thérapie est une thérapie holistique, voici un extrait d’un petit livre intitulé La Gestalt-thérapie :

« Le Gestalt-thérapeute essaie d’approcher l’expérience de son patient dans sa globalité.
Ceci veut donc dire qu’il prend en compte les dimensions corporelles et émotionnelles, aussi bien que cognitives, intellectuelles, comportementales, oniriques, imaginaires, expressives et autres de la personne qu’il accompagne, et qu’il peut se servir de ces dimensions pour entrer en contact avec lui.
Mais cela veut dire aussi qu’il ne sépare pas ce que notre langage nous a appris à séparer : le corps d’un côté et l’esprit de l’autre, par exemple
Le « corps », ou l’ « émotion » (ne) sont (que) des modalités partielles de l’expérience d’un sujet, modalités parfois fragmentées ou isolées dans des processus pathologiques et ce n’est certes pas en les abordant de façon séparée qu’on aidera le sujet à refaire son unité.
Jean-Marie Robine : fondateur de l’Institut Français de Gestalt-Thérapie (IFGT),
dans lequel j’ai été formée et accessoirement créé l’année de ma naissance

Nous ne sommes ni un estomac, un cœur, un petit doigt,

ni un cerveau gauche, reptilien ou droit.

Nous ne sommes ni un rêve ni un cauchemar de notre enfance,

nous ne sommes pas non-plus ce que de nous l’ « on » pense.

Nous ne sommes ni tristesse, colère, appréhension ou joie,

Mais bien plus que cela nous sommes tout ça à la fois.

Et contrairement à nos croyances, de part et d’autre influencées,

il y a plus d’aisance à être un tout que morcelé-e-s.

Marie Drouart


QU’EST-CE QU’UNE PSYCHOTHÉRAPIE?

ET COMMENT PEUT-ELLE NOUS AIDER?

Beaucoup se posent cette question, parfois par simple curiosité, plus souvent parce qu’il y a un besoin d’aide et que l’on connaît trop peu le potentiel de cette ressource-là.

Parce qu’il est compliqué, même angoissant, de faire ce saut dans le vide qu’est contacter un-e « psy », je mets en avant aujourd’hui le livre d’Anne Arthus-Bertrand : JE de miroirs, aux éditions Seuil. Psychothérapeute, Anne Arthus-Bertrand écrit de façon fluide et juste son témoignage de thérapeute.

Cet ouvrage accessible par toutes et tous, est aussi éclairant pour les thérapeutes _tous les thérapeutes_, que pour leurs patients. Il l’est également et surtout pour celles et ceux qui songent à faire appel à un-e psy… et n’ont pas encore osé ou pris le temps.

Partant de son expérience personnelle, Anne Arthus-Bertrand explore ici les arcanes d’un métier, finalement peu connu et mal compris, tout entier tourné vers la souffrance des autres. Avec honnêteté et tact, elle raconte son parcours et dévoile comment se construit petit à petit une alliance thérapeutique entre elle et son patient. Elle enrichit sa perception de la relation en nous montrant comment l’épanouissement de chacun est lié à diverses interactions avec son environnement.

Je_de_miroirs


VIOLENCE DANS LE COUPLE

Oui : le pourcentage de femmes tuées sous les coups de leurs compagnons est significativement plus élevé que celui des hommes tués sous ceux de leurs compagnes. Et oui : le pourcentage de femmes violentées est significativement plus élevés que celui des hommes.

Cela étant dit, au-delà de la raison évidente de ma féminité, c’est mon animale-humanité toute entière qui me donne envie de partager ici quelques paragraphes choisis de Femmes sous emprises, de Marie-France Hirigoyen, car je souhaite particulièrement mettre en avant le fait que n’apparaisse pas, dans le sous -titre : Les ressorts de la violence dans le couple, la question de genre, mais bien celle de l’entité couple.

Oui… je crains la polémique, oui. Mais je suis aussi en capacité d’admettre que la violence n’est ni une question de genre, ni une question d’individu-e isolé-e. Que signifient les deux phrases qui précèdent? Que j’ai rencontré la violence de l’Autre et que j’ai rencontré la mienne.

A celles et ceux que cela intéresse, que cela touche de près, de loin ou d’ailleurs, la violence-de-couple est bien plus complexe que ça et Marie-France Hirigoyen en détaille très bien les amonts et combinaisons. Au fait : qu’est-ce que la violence? C’est un coup? Qu’est-ce qu’un couple? Une faible femme et un tyran?… etc.

mfh_femmesousemprise

« D’une façon générale, la violence est difficile à penser, ce qui explique que nous ayons du mal à la repérer. Nous ne voulons pas la voir en nous, même si accepter notre ambivalence nous permettrait de mieux la combattre. »

« En ce qui concerne les couples [...] Nous avons du mal à croire que cette violence ordinaire se produit dans des familles ordinaires. [...] On préfèrerait reléguer cette problématique aux marges, l’attribuer aux classes sociales défavorisées. Or, il existe des individus violents dans tous les milieux. Nous avons du mal à le croire, aussi, lorsque la violence est l’œuvre d’un notable, à plus forte raison de quelqu’un qui est supposé protéger ou soigner, comme un magistrat ou un médecin, on préfère alors mettre en doute le témoignage de la victime. [...] Nous voulons continuer à croire aux stéréotypes véhiculés par les médias : deux êtres se rencontrent, s’aiment et vivent heureux. Au fond, nous avons peur de la violence qui sommeille en nous. »

« La difficulté qu’il y a à analyser la violence dans le couple vient de la tentation [...] de la rendre indépendante de la subjectivité des acteurs. Un premier obstacle vient du fait que ce qui est inacceptable en la matière varie d’une époque à l’autre, d’une société à l’autre et, bien évidemment, d’un couple à l’autre. Le seuil de tolérance de chacun est fonction de son histoire et de sa sensibilité, mais nous verrons que ce seuil peut être modifié par la nature de la violence subie et, en particulier, par la mise sous emprise. »

« Certaines théories tendent à assimiler violence et force. Dans ce cas, la première serait naturelle, biologique, propre à toutes les espèces animales. Notons que les animaux ne connaissent pas la violence, mais des mouvements de rivalité et de prédation. Une autre confusion est souvent faite avec l’agressivité normale et ses manifestations visibles, la colère ou le conflit. Or, l’agressivité est une tendance naturelle et saine, même si elle peut entraîner frustration ou chagrin. Dans toute relation et, à plus forte raison, dans une relation amoureuse, il y a de l’ambivalence et de l’agressivité qui se vivent à travers des conflits ou des affrontements. Il s’agit d’un phénomène positif, car, quand on n’est pas d’accord avec quelqu’un, argumenter, même de façon véhémente, est une façon de reconnaître l’autre, de tenir compte de sa réalité. Dans la violence, au contraire, l’autre est empêché de s’exprimer, il n’y a pas de dialogue. il est nié dans son intégrité. »

« C’est la proximité affective qui crée la gravité de cette violence ; là où circulent les affects les plus forts peuvent émerger les souffrance les plus intenses. C’est une domination du plus fort sur le plus faible, et, bien évidemment, la femme est culturellement la plus faible. La violence peut être exercée par un homme à l’égard d’une femme, par une femme à l’égard d’un homme ou par n’importe quelle personne à l’égard de son partenaire dans un couple homosexuel ; néanmoins, pour des raisons qui tiennent à la structure même de la société, celle qui est exercée envers les femmes est de loin la plus répandue. Dans 98% des cas recensés, l’auteur est un homme. »

« Le discours actuel dénonçant la violence faite aux femmes peut être dangereux s’il n’est pas nuancé, car il tend à opposer hommes et femmes. Il ne sert à rien de creuser encore plus le fossé entre les sexes et de considérer toute la population masculine comme potentiellement violente. S’il faut tenir compte de la violence psychologique, il ne s’agit pas non-plus d’en faire un problème juridique. Il serait plus utile de lutter contre les mentalités sexistes des hommes, d’éduquer les garçons à respecter les filles et de libérer les deux sexes des stéréotypes qui leurs sont attribués. »

Et il ne s’agit là que de l’introduction…

Pensée pour mon amie-humaine Christiana Baptiste, co-créatrice de l’Espace Femmes de l’association Steredenn, à Dinan, Côtes d’Armor.


LES MÉTIERS DU CHAMP PSY

Ci-dessous, un texte issu du site du Groupement Syndical des Praticiens de la Psychologie, Psychothérapie et Psychanalyse: PSY’G, expliquant les différences et similitudes entre les 4 métiers du « champ psy »: la psychologie, la psychothérapie, la psychopratique et la psychanalyse.

 

La psychologie

Le psychologue est un professionnel de la psychologie, discipline qui regroupe de nombreux courants théoriques et pratiques (psychologie clinique, cognitive, comportementale, développementale, sociale, animale, différentielle, expérimentale…).
Le psychologue étudie et traite les rapports réciproques entre la vie psychique et les comportements individuels et collectifs afin d’aider à l’autonomie et au développement de la personne.
Il étudie les processus mentaux et participe au traitement des problèmes et dysfonctionnements psychologiques (entretiens d’aide et de conseil, psychothérapie) dans le milieu médical, professionnel, et de l’enseignement (santé, travail, social, éducation, sport, …).
Il procède à des évaluations, élabore des diagnostics, met en place la prévention et le traitement des désordres émotionnels de la personnalité et des difficultés dues à la mauvaise adaptation à l’environnement social et situationnel.
Il conçoit des méthodes, élabore des hypothèses (enquête, expérimentation, …) et met en œuvre les moyens techniques correspondants.
Il entreprend, suscite ou participe à des travaux de recherche et de formation.
Il collabore avec des professionnels de l’action sanitaire et sociale (médecins, orthophonistes, psychomotriciens, éducateurs, assistant social…).
Dans le milieu de l’enseignement, il effectue des bilans, des dépistages (enfants intellectuellement précoce, notamment), des entretiens d’orientation, d’aide et de soutien, des psychothérapies…
Dans le secteur de l’entreprise et du travail, il participe au recrutement, à la gestion des ressources humaines, à l’organisation et aux conditions de travail, à l’orientation et à l’insertion professionnelle, à la formation.

La psychothérapie

Le psychothérapeute est un professionnel de la psychothérapie.
La psychothérapie désigne le traitement ou l’accompagnement des personnes souffrant de problèmes psychologiques en complément, ou non, d’autres types d’interventions à visée thérapeutique notamment médicale.
Il existe de nombreuses techniques de psychothérapie (psychothérapies d’inspiration psychanalytique, systémiques, cognitivo-comportementales…) choisies en fonction du patient, du type et de la sévérité de son trouble, et du contexte de l’intervention.

La psychopratique

Le psychopraticien met en œuvre une ou plusieurs techniques psychothérapiques, psychanalytiques ou psychocorporelles permettant à la personne :
– de mieux utiliser ses possibilités émotionnelles, créatrices, relationnelles, intellectuelles, sensorielles et psychocorporelles afin de les intégrer à une existence plus harmonieuse et satisfaisante,
– de comprendre, d’alléger ou d’éliminer sa souffrance et son mal à être, qu’ils soient vécus sur les plans psychique ou somatique, qu’ils se manifestent de façon diffuse ou sous forme de symptômes localisés, psychiques, comportementaux ou psychosomatiques,
– d’explorer son être afin de lui permettre de réorganiser de manière durable la structure de sa personnalité.

La psychanalyse

Le psychanalyste met en oeuvre la méthode psychanalytique, la psychanalyse se définissant
comme étant :
– une théorie de la vie psychique,
– une méthode d’investigation des fonctionnements psychique inconscients,
– une technique psychothérapique.

 

De plus amples informations sur le site: PSY’G.


L’HOMME-MÉDECINE, SELON CHEVREUIL BOITEUX

Je ne suis pas un ivrogne, mais je ne suis pas un saint non-plus. Un medecine-man ne devrait pas être un « saint »… Il devrait pouvoir descendre aussi bas qu’un pou et s’élever aussi haut que l’aigle… Vous devez être dieu et diable, tous les deux. Être un bon medecine-man veut dire être en plein milieu de la tourmente, et non s’en protéger. Ça veut dire expérimenter la vie dans toutes ses phases. Ça veut dire faire le fou de temps à autre. Car cela aussi, c’est sacré.

Chevreuil boiteux (homme-médecine sioux de la tribu Lakota, fin 19ème, début 20ème)

chevreuil_boiteux


LE CŒUR DE SAULE

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor

 

Le cœur de saule

Le médecin Shirobei Akyama était parti en Chine pour étudier la médecine, l’acupuncture et quelques prises de Shuai-Chiao, la lutte chinoise.

De retour au Japon, il s’installe près de Nagasaki et se met à enseigner ce qu’il avait appris.
Pour lutter contre la maladie il emploie de puissants remèdes.
Dans sa pratique de la lutte il utilise beaucoup sa force.
Mais devant une maladie délicate ou trop forte, ses remèdes sont sans effets.
Contre un adversaire trop puissant, ses techniques restent inefficaces.

Un à un ses élèves l’abandonnent.
Shirobei, découragé, remet en question les principes de sa méthode.
Pour y voir plus clair, il décide de se retirer dans un petit temple et de s’imposer une méditation de cent jours.

Pendant ses heures de méditation il bute contre la même question, sans pouvoir y répondre :

« Opposer la force à la force n’est pas une solution car la force est battue par une force plus forte.
Alors, comment faire ? »

Or, un matin, dans le jardin du temple où il se promène, alors qu’il neige, il reçoit enfin la réponse tant attendue après avoir entendu les craquements d’une branche de cerisier qui cassa net sous le poids de la neige, il aperçoit un saule au bord de la rivière.
Les branches souples du saule ploient sous la neige jusqu’à ce qu’elles se libèrent de leur fardeau.
Elles reprennent alors leur place, intactes.

Cette vision illumine Shirobei. Il redécouvre les grands principes du Tao.

Les sentences de Lao-Tseu lui reviennent en tête :

Qui se plie sera redressé
Qui s’incline restera entier

Rien n’est plus souple que l’eau
Mais pour vaincre le dur et le rigide
Rien ne la surpasse

La rigidité conduit à la mort
La souplesse conduit à la vie

C’est ainsi que le médecin de Nagasaki réforma complètement son enseignement et créa l’école du cœur de saule (Yoshinryu) l’art de la souplesse.

 

Contes et récits des Arts Martiaux de Chine et du Japon, extraits

 

Association BAMBOU: cours et stages de TAI CHI CHUAN en Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor


PSYCHOTHÉRAPIE(S)

En 2004, trois Gestalt-thérapeutes, alors « psychothérapeutes », ont souhaité participer à expliquer le champ de la psychothérapie et celui de la Gestalt-thérapie, de matière accessible, autant que faire se peut. Francine Saal, Frédéric Brissaud et Marie-France Bourgeais se sont alors attelés à l’écriture du FASCICULE VERT. Plus précisément vert pistache, tout comme la première œuvre référence en matière de Gestalt-thérapie: Gestalt-thérapie. Vers une théorie du Self : nouveauté, excitation et croissance, co-écrit par Laura Posner Perls, Fritz Perls, Ralf Hefferline et Paul Goodman en 1951, et communément appelé PHG.

En 2011, la sphère politique décida une drastique chasse aux sorcières en les personnes de certains « psy » qui n’auraient pas opté pour les bancs de l’université, sa théorie, sa méthode, sa clinique. A ce sujet, voir l’article intitulé « Psychopraticienne ». Nos trois auteurs, alors que le contenu du fascicule était toujours aussi valable, ont alors du le réécrire, et y ajouter le terme de « psychopraticien », nouvelle dénomination adoptée par beaucoup d’entre nous, faute d’avoir le droit de continuer à prétendre au titre de psychothérapeute.

En janvier 2012 est donc paru une version mise à jour de ce petit document à visée humaine.

PSYCHOTHÉRAPIE(S) dans Auray fASCICULE-VERT-SOMMAIRE-2012_Page_1-722x1024fASCICULE-VERT-SOMMAIRE-2012_Page_2-722x1024 Arc Sud Bretagne dans Auray Quiberon Terre Atlantique


QUAND CONSULTER UN(E) PSYCHOTHÉRAPEUTE?

Je vais citer ici les lignes d’une collègue, Isabelle le François, qui exerce dans la région Rhône-Alpes et dont j’apprécie particulièrement la manière accessible avec laquelle elle parle de son métier, de notre métier. Elle a elle-même utilisé des mots du docteur Lucien Tenenbaum, docteur en médecine, ancien psychiatre hospitalier, psychothérapeute et formateur, tout en y ajoutant sa touche personnelle si intelligemment universelle : une tendresse indéfectible envers l’humain :

QUAND « DOIT-ON » CONSULTER UN THÉRAPEUTE?  (c’est moi qui ai ajouté les guillemets)

Quand vous ne pouvez plus continuer à vivre des échecs répétés, des déceptions, des faux-pas douloureux dans votre vie relationnelle, affective, sociale. Quand les recours auprès des proches (amis, famille, conjoint) sont épuisés et que leur réconfort devient inefficace à soulager durablement un mal-être. Des phrases telles que « secoue-toi » ou le fameux « ça va passer » et même les propos empreints de compassion sont aussi inopérants qu’irritants. Les lieux communs ne font qu’exaspérer la souffrance. Cette souffrance n’est pas que larmes et angoisse. Ce peut être des questions entêtantes qui demeurent sans réponse, des comportements, des blocages ou des troubles physiologiques inexplicables qui, inlassablement, se répètent. Ces symptômes sont autant d’indicateurs du besoin de se comprendre.

Si vous n’êtes pas un familier de ces pratiques, aller parler à quelqu’un, qu’il soit psychologue, psychanalyste ou psychiatre, est une décision qui n’a rien de naturel. Elle s’élabore peu à peu. L’idée germe souvent lorsque le besoin d’autre chose se fait sentir.

Pour le psychothérapeute, il n’y a ni normal ni pathologique. Il y a quelque chose dont une personne souffre et qui la met en porte-à-faux ou en désaccord. Il y a un état de conflit intérieur. La psychothérapie essaie de remettre en circulation toutes les énergies immobilisées dans ce conflit pour construire une situation de paix. La psychothérapie aboutit généralement à un état nouveau de la personne, qui s’accompagne de remaniements de profondeur variable dans sa vie et sa personnalité.


12

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus