Gestalt-thérapie Sud Bretagne


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Du dévoilement.

RÉCIT DE PSY 3

VOICI LE TROISIÈME EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients

Balzer Designs _ Art + Life by Julie Fei-Fan Balzer

recit_de_psy_3ok

Image de prévisualisation YouTube

Girls just want to have fun‘, Cindy Lauper, album She’s so unusual

'La femme au soleil' Philippe Jamin artmajeur

Bubbles everywhere! _ TeamConnor Cancer Foundation

Images : pinterest

Textes : Marie Drouart

 


LA PEUR MODERNE DE L’AVENIR

314734981_1990508607790941_1805809008196753255_n314344197_1990508571124278_7343874012140539026_n

 

 

 

 

 

    Je partage avec de plus en plus de patient-e-s cette appréhension à la fois diffuse et sensée quant à l’avenir … quant à la fin. Parce qu’il ne s’agit plus « simplement » de se demander de quoi nous allons mourir ni à quel âge, en faisant des projets au long cours parce que tout est encore possible ! Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous ont pris conscience que l’humain vit ses dernières décennies libre comme l’air de courir à sa perte, croyant contrôler les choses, ou se voilant la face pour ne pas s’effondrer et créant ainsi l’effet inverse de celui désiré. Parce qu’il s’agit bien d’effondrement, de désillusion ultime, de vérité-en-face : nous allons mourir et avant cela, souffrir, ce qui est déjà le cas.

Les patients avec lesquels je partage sentiments, craintes, états des lieux, transformations et décisions, sont ceux qui vivent en connexion avec notre façon d’occuper notre place sur notre planète. Ce sont ceux qui font le choix, en venant m’adresser leur angoisse, leur questionnement, leur désir ou leur empêchement, de changer quelque chose à cela en eux, d’investir cette part sombre de notre destin commun en s’investissant pour eux-même. Et ils sont nombreux.

    Je ne peux pas empêcher l’évènement à-venir-venant-déjà, je ne souhaite pas non-plus mettre fin à la prise de conscience et sa douleur associée, j’entends, je suis avec, je soutiens et j’assiste à d’extraordinaires micro-évènements, les plus importants qui soient : d’aucun met fin à tout sauf à sa nouvelle vie ; telle autre change de métier pour se sentir 9 et non plus 10 et moins se torturer ; un troisième s’est décidé : non, il ne sera pas père d’un enfant dans ce monde-ci ; un quatrième, en colère et à-venant, dessine le projet d’œuvrer à l’équité sociale ; un autre encore veut de tout son cœur aimer et être aimé, quoi qu’il en soit du passé et quel que soit l’avenir …

J’ai peur, de souffrir. Je regrette parfois de ne pas faire mieux, de ne pas pouvoir « sauver le monde ». Je suis en colère contre ce qui ne fonctionne pas, contre la méchanceté, l’injustice, la lâcheté … l’humanité. Contre mon humanité.

les-limites-a-la-croissance-50-ansIMG_7631blog

COLLAPSOLOGIE – SOLASTALGIE – ÉCOANXIÉTÉ

#Collapsologie : The Limits of Growth (Les limites de la Croissance), rapport Meadows écrit par les chercheurs du MIT en 1972 ; Collapse (Effondrement), de Jared Diamond, 2005, traduit en français en 2006.

#Solastalgie : Glenn Albrecht en 2007 et Baptiste Morizot en 2019.

#Écoanxiété : peur par anticipation d’un évènement environnemental catastrophique, évoquée par Théodore Roszack en 1970, accaparée, précisée et théorisée ensuite par d’autres pour être usité en France depuis quelques années.

IMG_7625blog

Puis je regarde ce qui ne fonctionne pas chez moi, ma méchanceté, mon injustice, ma lâcheté … et mon humanité.

J’aime plus profondément tout ce que j’aime, y compris moi m’aime. J’ai conscience, en cet instant, que l’air que je viens de respirer ressemblait à celui de mes 30 ans, un soir dans un parc, en hiver, entourée de verdure, d’arbres hauts, d’élégants lampadaires noirs et je sourie. J’entame de nouveaux projets, maintenant, parce que c’est maintenant ou jamais.

EXISTER.

 


RÉCIT DE PSY 2

VOICI LE SECOND EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients

 20221021_110423

Accueillir à bras ouverts, oreilles ouvertes, cœur ouvert, écouter et entendre, l’autre et soi-même parce que si soi m’aime pas l’autre non-plus apparemment.

Recueillir, regarder, confronter, exister, devenir foi, ne pas remplacer, être-là. Se co-naître.

S’attacher, pour se dé-tâcher. Redessiner les contours

Ralentir. Apparaître. Tâtonner, vérifier, puis aller.

Du sommet de l’iceberg, vivre un puissant exil, descendre et dé-couvrir… une incertitude tranquille.


VIVRE ENSEMBLE

A l’occasion d’une autre, j’ai réinterrogé l’une de mes opinions, car à son occasion, nous étions alors deux à douter…

VIVRE ENSEMBLE dans amour/haine vivreensemble_golconde_musee-magritte-museum.be_-1024x878

Golconde _ René Magritte _ Musée Magritte, Bruxelles

Quelle belle proposition quand vivre ensemble est intimement et librement choisi, quelle déconvenue quand Vivre Ensemble est injonction d’une cohabitation harmonieuse entre individus. Un bel accord conditionné à l’interdiction du dés-accord, la maîtrise de l’expression, des émotions, de l’expression des émotion, à la pacification prématurée du conflit, c’est à dire à son interdit.

 

    Dans mon entendement, j’ai depuis longtemps le sentiment d’être rejetable car différente, dans le sens où il m’est difficile de vivre avec / vivre ensemble en permanence. Je suis hypersensible, « empathique » ou plutôt émotive et très concernée. J’ai besoin d’être seule plus souvent que la moyenne affichée, pour me recentrer sur moi et agir au mieux de mes capacités. Avec le temps, j’ai commencé puis continué à me défendre de cette étrangeté, en réalisant que ce trait d’ antilibéralisme aux accents de vieux communisme agressif, m’assujettissait (paradoxalement) en une position d’individu-désirant-coupable. Oui, j’ai besoin de solitude. Récurrente et déroutante confusion entre solitude et isolement. Au fur et à mesure, j’ai questionné la radicalité de diverses positions précises et fermées, y compris en moi.

Je me sens depuis longtemps textuellement « divisée », séparée en deux au niveau du ventre. J’ai également d’autres signes distinctifs d’une sorte de pathologie de la globalité: préférence pour les « mi »-saisons, plus apaisantes que l’été et l’hiver, très critique à l’égard de la mondialisation, me révélant conservatrice en ce qui concerne le « vieux monde », son architecture, sa Nature (questionnement récurrent au sujet des invasives, par exemple), étant plutôt entière dans mon tempérament, capable d’autant de souffrance et de haine, que de bonheur, d’amour, etc.

J’ai questionné ce « OU » (vivre ensemble ou séparément, yin ou yang, homme, femme, etc…) en ayant constaté, au bout de plusieurs années à fonctionner ainsi, que cela n’était pas efficace pour accéder à un bien-être durable. Je réalise, en écrivant, qu’il y a un domaine dans lequel je me suis toujours trouvée au milieu: les études. Comme si j’avais toujours incarné sans le savoir le chemin plus important que la destination, je m’en sortais toujours avec des résultats satisfaisants mais bof.

Bref. La Gestalt-thérapie m’a alors proposé le « ET ». Je dis bien « proposé », car j’ai eu cette perturbante possibilité de choisir entre mon option habituelle et cette nouveauté. Quelle horreur pour une indécise comme moi. Mais la Gestalt-thérapie, mes Gestalt-thérapeutes, mes… choix de thérapeutes, de formateurs, de pairs, n’ont eu de cesse de rester dans la proposition et de veiller, patiemment, à ce que j’apprenne à choisir. C’est un travail en cours et je suppose que ça le restera. C’est un chemin, le mien et, comme le prouve mon passé scolaire, c’est bien lui que je préfère au résultat. Ou plutôt : je choisis de prendre soin du chemin qui aura une « fin », dont je suis consciente sans en être inquiétée. Il s’agit pour moi de vivre au présent, de regarder, chérir et panser mon passé et poser tranquillement un pied en avant.

 

    En ce qui concerne, donc, vivre ensemble ou séparément, j’observe que : je ne vis pas seule puisqu’avec moi-même ; je vis seule dans le sens sociétal de la chose, ce qui, au fond, m’intéresse sans me soucier ; je peux, si je le souhaite, m’accompagner d’êtres vivants – et parfois même d’êtres humains – avec lesquels échanger, évoluer, construire, déconstruire, rêver. Mon ou est donc un et.

Déconstruire ma version du vivre avec, mon passé sans cesse actualisé du vivre avec, m’apprend à apprécier de mieux en mieux de vivre sans. Et inversement.

Questionner mes envies et mes besoins m’apprend à les distinguer, les sélectionner et raccourcir sérieusement la liste, ce qui me permet (derechef) de continuer à approcher l’un de mes besoins fondamentaux : laisser sur cette planète une empreinte la plus légère possible ; et l’exercice précédent, de laisser quand-même une empreinte.

Tout se tient. J’existe en tant qu’individu dans l’ensemble de la diversité des individus qui existent.

 

 

« Je ne sais pas quoi faire ? J’ai peur de vivre seule, j’ai peur qu’il me quitte ou de le quitter… parce que j’ai peur de vivre seule. Je sais, c’est égoïste. Mais je deviens quoi si je suis seule ? Une célibataire au milieu de sa vie, qui en a gâché une bonne partie en étant accompagnée et gâchera certainement le reste parce qu’elle sera seule ?! Ça sert à quoi ? Ça n’a pas de sens. »
« De quoi avez-vous besoin ? Comment puis-je vous aider ? »
« Je n’sais pas. »
Silence.
Émotion.
Présence.
Larmes.
Soutien.*

Bienvenue en thérapie.

* cet extrait est créé, il n’est pas en lien avec l’un-e de mes patient-e-s.


RÉCIT DE PSY 1

VOICI LE PREMIER EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients.

let it go _ Les Belles Fleurs _ Pinterest

Cet homme m’émeut, me touche, me parle directement oui il s’adresse à moi, se confie, se dévoile, s’émeut avec moi, devant moi, se montre fragile, perdu, triste, parfois… à en mourir. Cet homme participe à me réconcilier avec le masculin, son image dévoyée. J’avais, au fond, la certitude que l’homme fort sur du papier glacé était une imposture ; je le sais, je sais que je le sais, mais les vécus ont la vie dure et les croyances viennent les voiler.

Je vous soutiendrai aussi longtemps que nécessaire et que vous me le permettrez. Ensemble, nous ne trouverons pas de sens, nous le chercherons, ce sera peut-être là notre secret.

Merci pour l’émotion par deux fois partagée, merci de m’entendre, de me faire confiance ; qui pourrais-je bien être pour ne pas m’apercevoir, ni mettre en avant les nombreuses qualités qui font de vous celui que je connais.

Avancer main dans la main avec la finitude, non comme une fin en soi mais comme nouveau prélude.
Virer les papiers, les trier, les brûler, ne plus jeter l’opprobre sur le torchon usé.
Je vous rencontre avec plaisir et petit à petit, je grandis avec vous et pour cela, merci.


Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus