Gestalt-thérapie Sud Bretagne


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Cabinet de psychothérapie/Gestalt-thérapie.

BIENVENUE

Gestalt-thérapeute et écothérapeute, je vous reçois en thérapie individuelle et conjugale

* à la Villa Catherine : 89 avenue du président Édouard Herriot à VANNES
* aux Jardins de Kergouar : lieu-dit Kergouar à LE GUERNO
* en visioconférence

LIEUX, TARIFS, CONTACT

 affiche_jpeg24_60%

Salariée portée par la société HELIA Portage _ n° Siret: 493 742 050 00021, j’accepte le règlement de mes honoraires par espèces, par chèque et par virement bancaire.

Pratique non-conventionnelle ne se substituant pas à un diagnostic ou traitement médical.

89 avenue du président Édouard Herriot, 56000 VANNES

89 avenue du président Édouard Herriot, 56000 VANNES

Aux Jardins de Kergouar

Aux Jardins de Kergouar

Les Jardins de Kergouar, lieu-dit les prés de Kergouar, 56190 LE GUERNO

Les Jardins de Kergouar, lieu-dit les prés de Kergouar, 56190 LE GUERNO


RÉCIT DE PSY 3

VOICI LE TROISIÈME EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients

Balzer Designs _ Art + Life by Julie Fei-Fan Balzer

recit_de_psy_3ok

Image de prévisualisation YouTube

Girls just want to have fun‘, Cindy Lauper, album She’s so unusual

'La femme au soleil' Philippe Jamin artmajeur

Bubbles everywhere! _ TeamConnor Cancer Foundation

Images : pinterest

Textes : Marie Drouart

 


LA PEUR MODERNE DE L’AVENIR

314734981_1990508607790941_1805809008196753255_n314344197_1990508571124278_7343874012140539026_n

 

 

 

 

 

    Je partage avec de plus en plus de patient-e-s cette appréhension à la fois diffuse et sensée quant à l’avenir … quant à la fin. Parce qu’il ne s’agit plus « simplement » de se demander de quoi nous allons mourir ni à quel âge, en faisant des projets au long cours parce que tout est encore possible ! Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous ont pris conscience que l’humain vit ses dernières décennies libre comme l’air de courir à sa perte, croyant contrôler les choses, ou se voilant la face pour ne pas s’effondrer et créant ainsi l’effet inverse de celui désiré. Parce qu’il s’agit bien d’effondrement, de désillusion ultime, de vérité-en-face : nous allons mourir et avant cela, souffrir, ce qui est déjà le cas.

Les patients avec lesquels je partage sentiments, craintes, états des lieux, transformations et décisions, sont ceux qui vivent en connexion avec notre façon d’occuper notre place sur notre planète. Ce sont ceux qui font le choix, en venant m’adresser leur angoisse, leur questionnement, leur désir ou leur empêchement, de changer quelque chose à cela en eux, d’investir cette part sombre de notre destin commun en s’investissant pour eux-même. Et ils sont nombreux.

    Je ne peux pas empêcher l’évènement à-venir-venant-déjà, je ne souhaite pas non-plus mettre fin à la prise de conscience et sa douleur associée, j’entends, je suis avec, je soutiens et j’assiste à d’extraordinaires micro-évènements, les plus importants qui soient : d’aucun met fin à tout sauf à sa nouvelle vie ; telle autre change de métier pour se sentir 9 et non plus 10 et moins se torturer ; un troisième s’est décidé : non, il ne sera pas père d’un enfant dans ce monde-ci ; un quatrième, en colère et à-venant, dessine le projet d’œuvrer à l’équité sociale ; un autre encore veut de tout son cœur aimer et être aimé, quoi qu’il en soit du passé et quel que soit l’avenir …

J’ai peur, de souffrir. Je regrette parfois de ne pas faire mieux, de ne pas pouvoir « sauver le monde ». Je suis en colère contre ce qui ne fonctionne pas, contre la méchanceté, l’injustice, la lâcheté … l’humanité. Contre mon humanité.

les-limites-a-la-croissance-50-ansIMG_7631blog

COLLAPSOLOGIE – SOLASTALGIE – ÉCOANXIÉTÉ

#Collapsologie : The Limits of Growth (Les limites de la Croissance), rapport Meadows écrit par les chercheurs du MIT en 1972 ; Collapse (Effondrement), de Jared Diamond, 2005, traduit en français en 2006.

#Solastalgie : Glenn Albrecht en 2007 et Baptiste Morizot en 2019.

#Écoanxiété : peur par anticipation d’un évènement environnemental catastrophique, évoquée par Théodore Roszack en 1970, accaparée, précisée et théorisée ensuite par d’autres pour être usité en France depuis quelques années.

IMG_7625blog

Puis je regarde ce qui ne fonctionne pas chez moi, ma méchanceté, mon injustice, ma lâcheté … et mon humanité.

J’aime plus profondément tout ce que j’aime, y compris moi m’aime. J’ai conscience, en cet instant, que l’air que je viens de respirer ressemblait à celui de mes 30 ans, un soir dans un parc, en hiver, entourée de verdure, d’arbres hauts, d’élégants lampadaires noirs et je sourie. J’entame de nouveaux projets, maintenant, parce que c’est maintenant ou jamais.

EXISTER.

 


GESTALT-THÉRAPIE SUD BRETAGNE AU SALON RESPIRE LA VIE !

 Retrouvez-moi pendant 3 jours pour échanger, découvrir, faire connaissance !

« C’est quoi la… Gestalt… thérapie ? »
« Moi je ne comprends pas trop à quoi ça sert d’aller voir un psy. »
« C’est quoi, votre parcours ? Pourquoi êtes-vous devenue Gestalt-thérapeute ? »
« Vous travaillez où ? Et combien ça coûte ? »
« J’aimerais qu’on fasse quelque chose pour notre couple mais je ne sais pas trop comment lui en parler. Je suis presque sûre qu’il refusera. Qu’est-ce que je peux faire ? »
« Mais… il faut être un peu fou, non, pour avoir besoin d’une psychothérapie ? »
« J’aimerais bien faire un travail sur moi mais je n’ai pas envie d’être encore assis, de parler, de réfléchir… J’aimerais bien respirer, bouger aussi, prendre l’air. C’est possible ? »
« Financièrement, c’est compliqué… je ne crois pas que je puisse faire une psychothérapie. Pourtant je suis sûre que ça me ferait du bien. »

Venez me poser toutes vos questions, partager vos doutes, vos besoins, vos sentiments, vos impressions, vos expériences !
Sans réponse à tout, je serai présente.

HD-AFF-RLV-VANNESS23


RÉCIT DE PSY 2

VOICI LE SECOND EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients

 20221021_110423

Accueillir à bras ouverts, oreilles ouvertes, cœur ouvert, écouter et entendre, l’autre et soi-même parce que si soi m’aime pas l’autre non-plus apparemment.

Recueillir, regarder, confronter, exister, devenir foi, ne pas remplacer, être-là. Se co-naître.

S’attacher, pour se dé-tâcher. Redessiner les contours

Ralentir. Apparaître. Tâtonner, vérifier, puis aller.

Du sommet de l’iceberg, vivre un puissant exil, descendre et dé-couvrir… une incertitude tranquille.


AU SORTIR DE L’HIVER

 Marmotte debout sur ses pattes arrière qui semble vouloir attraper des fleurs

Au sortir de l’hiver, nous nous apprêtons, début février, à sortir de terre.

Nous nous sommes protégés, nous avons hiverné, affrontant bien souvent un rythme inadapté.

De l’eau à la terre, nous nous sommes recentrés, entre liquéfaction et l’intersaison.

Qi-vapeur_blogmariedelodz

De l’hiver au printemps, qui sous peu va éclore, je dormirais bien quelques instants encore…

Mais le soleil se lève et moi je m’émerveille et je remets du sens sur ce qui s’effondrait.

La terre harmonise, est mère des éléments et je suis bien heureuse d’être de ses enfants.

 IMG_2471_5

 


RÉCIT DE PSY 1

VOICI LE PREMIER EXTRAIT DE MES NOTES DE THÉRAPEUTE

Retranscrits avec l’aimable autorisation de mes patients.

let it go _ Les Belles Fleurs _ Pinterest

Cet homme m’émeut, me touche, me parle directement oui il s’adresse à moi, se confie, se dévoile, s’émeut avec moi, devant moi, se montre fragile, perdu, triste, parfois… à en mourir. Cet homme participe à me réconcilier avec le masculin, son image dévoyée. J’avais, au fond, la certitude que l’homme fort sur du papier glacé était une imposture ; je le sais, je sais que je le sais, mais les vécus ont la vie dure et les croyances viennent les voiler.

Je vous soutiendrai aussi longtemps que nécessaire et que vous me le permettrez. Ensemble, nous ne trouverons pas de sens, nous le chercherons, ce sera peut-être là notre secret.

Merci pour l’émotion par deux fois partagée, merci de m’entendre, de me faire confiance ; qui pourrais-je bien être pour ne pas m’apercevoir, ni mettre en avant les nombreuses qualités qui font de vous celui que je connais.

Avancer main dans la main avec la finitude, non comme une fin en soi mais comme nouveau prélude.
Virer les papiers, les trier, les brûler, ne plus jeter l’opprobre sur le torchon usé.
Je vous rencontre avec plaisir et petit à petit, je grandis avec vous et pour cela, merci.


HEUREUX ?

J’ai connu… la tendresse d’une mère, l’insouciance de l’enfance, la spontanéité, les mots justes, le silence, des sourires sans pourquoi, la joie d’être là, le repos sans sommeil, la confiance …
J’ai connu l’amitié dans le creux d’une seule main. J’ai connu l’amour, je le croise toujours.
J’ai connu le plaisir, le vent qui caresse, la chaleur qui éveille, la foudre qui renverse…
la satisfaction…
l’évidence.

Suis-je heureux?

saul_steinberg1

MERCI

Pour votre qualité de présence, votre humanité, vos partages, vos tentatives, vos échecs, vos avancées, en terrains minés, ombragés, insécures, joyeux, brumeux, essentiels, précieux.

Merci pour votre engagement, envers vous-même, envers moi, envers la possible transformation de vos craintes, de vos souffrances, en ouverture à votre monde et au monde entier.

Merci de me faire confiance, de croire en vous, au fond, tout au fond parfois…

Merci de donner tout son sens à mon être-thérapeute.

Je suis fière de vous accueillir et de vous accompagner. Et émue, chaque fois, de vous quitter.

Bravo. Merci. Infiniment.

IMG_2696_3


DÉFAUTS & QUALITÉS

- « Il a beaucoup de qualités »…
Et peu de défauts ? Est-il alors plus fréquentable que d’autres, peut-être ?

- « Ce défaut, chez elle, est insupportable. »
Réellement insupportable ? Ou ce défaut peut-il faire partie de l’ensemble de ses autres qualités ?
 

Une qualité est devenue un trait positif et un défaut, négatif. La première est à souligner quand le second est critiquable.
Et si nous envisagions différemment l’un et l’autre ?

 
- La qualité d’un bois va nous le faire choisir pour la construction d’une maison ; nous ne dévaluerons pas pour autant un autre bois, utile à un autre usage.

- Le nœud d’une planche de bois pourra ne pas convenir à la construction de cette maison ; nous pourrions lui trouver une place de choix pour mettre en avant ce nœud dont la forme nous plaît.

 susan_kyle_telfors_pinterest

Quelles qualités sont à valoriser, précisément ? Et quels défauts sont à bannir ou corriger ?
 
Il arrive que ma qualité de thérapeute envahisse mon espace privé, un instant, de façon inappropriée, et que je me mette à analyser ce qu’il serait préférable de laisser couler, par exemple.
Est-ce que cela fait de ma qualité un défaut ?
A l’origine de mon métier, il y a ma qualité humaine, avec tout ce qu’elle comporte, qui a fait de moi la thérapeute que je suis. Et dans ce que comporte mon humanité, il y a ce que l’on appelle communément des « défauts ».
 
Ce qui fait que qualités et défauts sont de la même famille, c’est qu’il s’agit de spécificités, de singularités.

Et ce qui fait qu’une singularité peut se distinguer comme défaut ou qualité, se situe dans notre relation à l’autre.

Cet autre, c’est un autre être humain que je croise dans ma vie et avec lequel j’ai une relation, amicale, familiale, amoureuse, professionnelle, passagère, etc. Et cet autre, c’est également celle/celui que je refuse de voir, ou que je ne vois simplement pas encore en moi. Il peut par exemple s’agir d’une part sombre et douloureuse enfouie en nous, ou d’une créativité bafouée, sabotée.

 
- Alors : cette personne a-t’elle beaucoup de qualités ? Ou bien… sa façon d’agir, ses propos, ses singularités, que nous appelons alors « qualités », nous correspondent ou nous plaisent particulièrement, à cet instant, dans cette relation ? Et qu’est-ce que cela dit de nous ? Envions-nous ces qualités-là ? Refusons-nous de voir en cette relation-là ce qui ne nous convient pas ?…

- Quant à cette autre personne : le défaut que nous lui trouvons est-il insupportable en soi, condamnable ? Ou insupportable pour nous, à cet instant, dans la relation que nous vivons avec elle ? Et avons-nous à « supporter » quoi que ce soit ? Ou pouvons-nous nous ajuster, peut-être, l’un à l’autre ?…

 
Nos « imperfections » participent à faire de nous ce que nous sommes, toute nuance gardée. S’il est bon de reconnaître en nous les qualités heureuses que nous possédons, il l’est également de reconnaître ce qui, comme en chacun-e, peut malmener notre propre humanité et nos relations.


123

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus